L'église Saint Jouin de Dancé

Sommaire : Origine ; les Vitraux ; l'Autel de la Vierge Marie ; le Chœur ; la Nef ; Annecdotes ; la Cloche

églises voisines : Saint Hilaire sur Erre ; Saint Agnan sur Erre ; Saint Martin de Berd'huis ; Saint Pierre la Bruyère

 Origine de l'église

La Paroisse de Dancé est citée dès le Xe siècle...puis aux XIe et XIIe siècles (Cf l'Histoire des Comtes du Perche par O. de Murs page 474).

L'église telle que nous la voyons a été agrandie par un bas-côté sud présentant un alignement en dents de scie de cinq pignons à fenêtres flamboyantes et, en son milieu, un petit porche renaissance à décor florentin.

Avant d'entrer regardons le clocher : sur celui-ci une bizarrerie dont nous n'avons pas l'explication... Au dessus de la toiture en pavillon, une croix à chaque extrémité, chacune surmontée d'un coq et d'une poule... Il n'y a qu'à en sourire !

Les facétieux disent que "pour Dancé (danser) il faut bien le couple"!

Nous entrons par la grande porte qui a la particularité de ne pas se trouver au pignon ouest...

A l'intérieur, la petite nef voûtée sur croisées d'ogives... ouvre sur la grande nef à voûte de lambris par des arcadures à piliers ronds sans chapiteaux.

Commençons la visite à droite de l'entrée ...

retour au sommaire

Les Vitraux ... de Paul Bony

Sainte Barbe, (fête le 4 décembre) vierge et martyre, invoquée contre la foudre, les incendies et la mort subite... On la représente avec une tour et la palme des martyrs.

St Vincent, diacre et martyr d'Espagne, portant palme et dalmatique. Le patron des vignerons. On avait grand besoin de lui à Dancé quand on voulait autrefois y cultiver la vigne.

Ste Jeanne d'Arc, spécialement vénérée à Dancé (voir ci- après).

Jacques-Jean Lemeunier, le Bienheureux, ancien vicaire à Dancé.

Au dessus de la porte renaissance, une litre seigneuriale armoiriée, souvenir d'une fondation (donation) ancienne.

La dalle armoiriée à la mémoire de la famille de Maleyssis du château de la Beuvrière : famille apparentée à la famille de Jeanne d'Arc. Il y a aussi une dalle plus petite au nom d'une famille de la Révaudière.

Une fenêtre à trois lancettes en l'honneur du St patron de la paroisse : Saint Jouin (ou Jovin) ermite et moine, fondateur de l'abbaye d'Ension, Ve siècle, vénéré comme l'un des apôtres de l'Ouest ... comme St Hilaire !

Anciennes armoiries de la Beuvrière.
retour au sommaire

L'Autel à la Vierge Marie

Statue de Notre-Dame de Pitié vénérée dans le Perche. Il y a 450 ans les moines du Val-Dieu en rapportaient de Chartres ... en forêt de Reno une très belle image de pierre... mais le char s'embourba à la sortie de Longny où elle est restée (!!!)

A notre droite, la Vierge enfant avec Ste Anne, sa mère. Dévotion très ancienne dans le Perche.

Ste Anne au Perche a même émigré avec les premiers pionniers de Tourouvre au Canada : Ste Anne de Beaupré.

Statue de St Joseph, époux de la Vierge Marie.

Ste Barbe, en pierre polychrôme du XVIe avec la tour et la palme...

retour au sommaire

Le Chœur

Grand autel en bois peint de forme enveloppante, style Louis XV .

Beau tabernacle classique à colonnettes et statuettes. Retable à doubles colonnes et tableau de la Vierge (moderne).Décor dit "de rocaille" - Au sommet "pots-à-feu" et fronton circulaire - Les portes de sacristie sont de style Louis XIII.

 

Dans le choeur, à droite, la dalle murale à la mémoire du Bienheureux Jacques-Jean Lemeunier (1747-1792), vicaire à Dancé (1783-1786) "martyr de Septembre".

A droite, au-dessus de la porte de la sacristie, une fenêtre de Paul Bony évoque le temps (on dit la table) de LA PAROLE avec LE LIVRE, à gauche, en vis-à-vis, la "TABLE DE L'EUCHARISTIE".

retour au sommaire

La Nef

A côté de la chaire à prêcher, un tableau de la Crucifixion (signé Chouasnard 1952, un peintre local sans doute ?).

Sur la facade nord, quatre fenêtres romanes aux dessins géométriques de Paul Bony.

 

Près de la statue de Ste Thérèse, carmélite de Lisieux, née à Alençon, une 2e litre seigneuriale armoiriée.

St Antoine de Padoue (1195-1231), un riche d'Espagne devenu "petit frère" (disciple) de St François le pauvre d'Assise... Un jour on avait volé la Bible d'Antoine : le voleur converti par sa lecture, rapporta le LIVRE à Antoine...

Prier St Antoine, ne serait-ce pas se convertir ?

Au-dessus de la statue de St Antoine, le vitrail ouest

La Providence. "Regardez les oiseaux du ciel... Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et sa justice..." (Evangile de Matthieu VI 24 34)

retour au sommaire

Quelques anecdotes ...

Il pleuvait comme dans un chemin...

L'abbé Poulet, ancien curé réfractaire (ancien résistant à la Révolution de 89) fort contreversé à Dancé pendant une trentaine d'années, au début du siècle dernier, écrivait à l'Evêché que dans l'église et le presbytère de Dancé "il pleuvait comme dans un chemin". Par temps d'orage, l'eau s'écoulait de l'église par les portes. On peut penser qu'on procéda aux réparations vers 1830.

Les statues de style St Sulpice et l'état du choeur font penser qu'une restauration importante fut entreprise à la fin du siècle dernier.

La dévotion à Ste Jeanne d'Arc... Le 19 septembre 1909, année de la béatification de Jeanne d'Arc, après avoir passé la nuit à la Beuvrière, Mgr Bardel bénissait une statue de Jeanne d'Arc au château. Le même jour, vers dix heures, l'évêque de Sées bénissait la cloche de St Pierre la Bruyère prénommée JEANNE, Augustine, Marie. L'après-midi, à trois heures, Mgr l'évêque se rendait à Dancé en l'honneur de Jeanne d'Arc pour bénir la statue que nous voyons aujourd'hui. "Une foule immense - 1500 personnes - tant à l'église que dans le bourg, animée par l'association St Jean de Nogent le Rotrou : musique, chorale, gymnastes" (cf. registres de Dancé).

Suite aux bombardements de 1944... Les dommages de guerre permettent de remplacer les vitraux, dont deux vitraux de Paul Bony et Adeline Stevens son épouse, qui ont travaillé pour de nombreuses églises de l'Ouest et la célèbre chapelle du plateau d'Assy. Vers 1944, plusieurs vitraux furent déposés, restaurés, remis en place suite à des actes de vandalisme. La municipalité veillait !

Chaque génération apporte sa contribution à la conservation du patrimoine : de 1990 à 1993 on a entrepris le renouvellement des toitures. Une réalisation moins spectaculaire pour les visiteurs mais "un poste" important pour le budget de la commune malgré les subventions...

Compliments !

retour au sommaire

Inscription sur la cloche

"En l'an 1851, j'ai été bénite par Maître Louis-Jacques Chemin, curé de Dancé. J'ai été nommée Marie-Charlotte par Charles Collas, maire de Dancé et Marie-Louise Trousseau, dame Hébert. Maître François Bachelot, président de la fabrique. Maître Sébastien Pelleray, trésorier".

 retour au sommaire